Toulouse, la ville rose, transports d’hier,

d’aujourd’hui et de demain

 Présenté le 24 novembre 2010 par Max MARTY Professeur émérite des Universités.

Max MARTY fût Professeur d'Electrotechnique (machines et actionneurs électromécaniques) à l'Institut National Polytechnique de Toulouse (INPT)-Ecole Nationale Supérieure d'Electrotechnique, Electronique, Informatique et Hydraulique de Toulouse (ENSEEIHT). Il fût également responsable de la filière électrotechnique de 1967 à 1984. Directeur du Laboratoire d'Electrotechnique et d'Electronique Industrielle (LEEI) de 1967 à 1977 et Président du Club EEA (1977-1981), Il fût également Président de l'INPT de 1986 à 1991. Il anime actuellement de nombreux cycles de sensibilisation des élèves (du CM2 au BTS) aux découvertes scientifiques majeures relevant notamment de l'électricité, de l'énergie et des automatismes, honorant ainsi avec brio l'une des missions de l'AMOPA. Après avoir brossé un tableau fidèle (pas toujours flatteur...) de l'évolution des moyens de transport publics dans notre Métropole occitane, il ne manquera pas de s'appuyer sur ses propres recherches relatives au transport automatique urbain (PRT) pour en souligner les perspectives novatrices, hélas encore trop peu exploitées dans l'Hexagone.                                 (F.DABOSI)

Le mercredi  20  octobre  2010 à  15 heures,

Amphithéâtre du Sénéchal, 17 rue de Rémusat, Toulouse,

Une conférence de

Michel LAJOIE - MAZENC*

Moulins à tout faire et de partout

Depuis leur invention, dont l'origine se perd dans la nuit des temps, les moulins ont contribué à faciliter le travail des hommes pendant longtemps : plus de 20 siècles pour les moulins à eau et plus de 10 siècles pour les moulins à vent.

Après qu'ils aient ainsi longuement préparé et initié la révolution industrielle, ils ont été délaissés au XXe siècle avec le développement et la dissémination des nouvelles forces motrices (machines à vapeur, moteurs électriques et à explosion) et ils sont alors souvent tombés dans l'oubli.

Le mercredi 23 février 2011 à 15 heures,

Amphithéâtre du Sénéchal,

17 rue de Rémusat, Toulouse,

 

Une conférence du Recteur Jean-Claude MARTIN Professeur émérite à l’Université Paul-Sabatier

"DEMOCRATIE, le nom volé d’une idée violée".

Le terme le plus utilisé en politique est incontestablement celui de démocratie, mais l’embrouillamini des définitions implicites et subjectives qui lui sont données et les différences, voire les incompatibilités de nature, entre les régimes qu’il est censé caractériser, lui font perdre son sens. Comment, donc, parler de démocratie, être capable de la vivre en tant que citoyen, et a fortiori l’améliorer, si l’on n’en connaît ou n’en retrouve les principes essentiels ? Beaucoup de questions, plus ou moins étudiées ou débattues, méritent d’être réexaminées : - Quelle est la signification du lien entre démo et cratie ? - Quel peuple est à considérer, tous les gens ou un Peuple représenté ? - Compétence, efficacité d’organisation sociale et démocratie sont-elles compatibles ? - En quoi les idéaux de liberté et d'égalité se trouvent-ils atteints ? - Le référendum est-il un mode de prise de décision praticable ? D’autres, encore pendantes, tiennent au flou qui entoure la notion de pouvoir. Une étude sur sa nature, que J.-C. Martin a menée, suite aux travaux de R. Dahl et M. Foucault, fait ressortir l’existence constante d’information et d’énergie liées, dans tout type de pouvoir, y compris les pouvoirs immatériels et celui qui peut découler de la possession de moyens matériels négociables. La généralisation qui en résulte facilite l’identification des pouvoirs à prendre en compte en démocratie ou qui parasitent son exercice. La relation démocratie-répartition des richesses s’en déduit. La différentiation connue droit-pouvoir ressort aussi, plus nettement. Faute de définition essentielle de la démocratie absolue, un régime politique peut être caractérisé par un certain degré de démocratie. De nombreuses voies pour démocratiser les "démocraties" existent.

 La Belle Epoque à partir de l’œuvre

de Toulouse-Lautrec

 Conférence du 18 novembre 2009

par Maryse CARRIER

Nous connaissons tous les personnages qu’Henri de Toulouse-Lautrec a immortalisés dans ses dessins, tableaux, lithographies, affiches… Or c’est sous l’angle de la Belle Epoque que nous allons présenter l’œuvre de ce peintre, les deux, le peintre et l’époque étant bien entendu intrinsèquement liés. D’ailleurs l’art n’est-il pas la manifestation la plus sensible et peut-être la plus fascinante de l’histoire ?  

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
11
12
13
14
15
16
17
18
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

L'événement